De Rouille et d'os de Jacques Audiard

Avec Marion Cotillard, Matthias Schoenaerts, Corinne Masiero

Après avoir vu un Prophète que j'avais trouvé bien mais dont on avait peut-être exagéré l'importance (où en est son jeune acteur Tahar Rahim ?), j'avais un peu d’appréhension, mais je gardais à l'esprit les autres films d'Audiard.
Je reconnais que j'ai été prise par la sobriété, une fois de plus, du réalisateur. Pas bavard, pour quoi faire quand les images sont suffisamment parlantes ? Et quelles images ! Tout en souplesse et sans fioriture, on est plongé dans la vie d'un homme, Ali, avec son enfant, miséreux, qui va au soleil chez sa soeur. Il va y rencontrer une jeune femme, Stéphanie, dresseuse d'orques. Contraste !
Histoire improbable jusqu'au drame qui prive la jeune femme de ses jambes.
Seul Ali va montrer, tout en retenu, beaucoup d'attention pour elle.
Tout doucement, le boxeur des rues qu'il est et la jeune femme qui doit remonter sur le ring de la vie vont aller de pair. Et puis il y a l'enfant...
Mais la fin,  quel dommage ! Les dernières scènes sont trop décalées pour me permettre d'y adhérer. On est parachuté dans un paysage de neige, très surprenant mais bon... puis le drame... et le boxeur se met à parler - je l'aimais mutique !- jusqu'à une happy end improbable !
Restent de grands moments que je ne regrette pas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire