Les femmes du bus 678 de Mohamed Diab

Avec Naheb El Sebaï, Bushra Rozza, Neely Karim.
Après le grand succès d'une Séparation auquel ce film me fait penser, nous voici à nouveau dans un pays où la tradition perdure et empêche les gens de vivre, de même qu'un gouvernement aux rouages trop compliqués.
En Egypte, trois femmes subissent des agressions sexuelles, dans le bus, dans la rue. Inspiré d'un procès qui est à l'origine de la reconnaissance du harcèlement sexuel comme un délit, le réalisateur fait se croiser trois femmes de milieux très différents qui vont s'unir implicitement pour se révolter contre ces attouchements.
Ce qui est nouveau, ce n'est pas que les transports en commun en sont la scène, mais que tout le monde le sait, du commissaire de police au mari.
Que ce film soit réalisé par un homme apporte aussi un point de vue qui n'est pas réduit au féminisme. L'homme aussi est victime de cet état de fait - même si cette société reste à prépondérance masculine -
En preuve, la scène émouvante du fiancé au tribunal qui refuse que sa future retire sa plainte au risque de ne pas pouvoir l'épouser...
Pour la petite histoire, Bushra Rozza, qui joue la femme voilée est une chanteuse populaire égyptienne aux antipodes de ce rôle.
De grands moments et une narration maîtrisée qui nous font plaisir de bout en bout et nous tiennent en haleine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire