Thérèse Desqueyroux de Claude Miller



Avec Audrey Tautou, Gilles Lellouche, Anaïs Demoustier
Tiré du roman de François Mauriac, ce portrait de criminelle reflète bien la société petite bourgeoise provinciale eu début du 20e siècle.
Thérèse se marie avec le frère de sa meilleure amie, Anne. Puis elle accouche d’une petite fille mais tout semble l’indifférer. Pourtant, elle est prise comme l’exemple de la sagesse dans la famille de son mari. Elle découvre la passion et l’amour à travers la liaison de sa petite belle sœur et est chargée de les séparer. Elle découvre une sorte de liberté à discuter avec l’amant d’Anne. Sans raison apparente, elle empoisonne son amri qui refuse de porter plainte pour éviter le scandale mais la tient recluse. Dérouté par sa dépression, il finit par lui offrir la liberté de vivre seule.
Audrey Tautou – grave -  est étonnante dans le rôle de cette femme mûre avant l’âge qui donne l’apparence d’être forte alors que le doute est toujours en elle. Face à elle, Gilles Lellouche dans le  registre du maître de maison, est parfait. C’est l’homme, propriétaire terrien, marié car il le faut mais à cent lieues de tout sentiment. L’acteur est mûr pour ce personnage de Bernard Desqueyroux, démuni face au comportement de sa femme et nous livre une belle prestation d’homme simple, enraciné dans sa condition.
Belle réussite pour ce dernier Claude Miller qui nous laisse sur une note de nostalgie après une pléthore de films de tous tons.
Merci Monsieur Miller !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire