L'Homme qui rit de Jean-Pierre Améris

Avec Marc-André Grondin, Christa Théret, Gérard Depardieu, Emmanuelle Seigner


Tiré de Victor Hugo, l’histoire de Gwynplaine, défiguré enfant, est traitée d’une façon « Misérables » (comment ne pas penser à Jean Valjean quand Depardieu tire sa roulotte ?) mais nous immerge bien dans ce monde des petits et des rejetés de la société avec le champ de foire et ses monstres.Les décors de campagne et de ce lieu sont magnifiques, presque intemporels.
Ursus, le bonimenteur, recueille un jour d’hiver, Déa petite fille aveugle et Gwynplaine défiguré par un charlatan d’un sourire indélébile. Grâce aux dons de comédiens de Gwynplaine, leur succès va grandissant. Au-delà d’un discours sur la misère, l’histoire d’amour entre Déa et Gwynplaine est digne d’Esmeralda et de Quasimodo. Mais avec l’irruption de l’aristocratie traitée de façon trop surréaliste, trop décalée et trop caricaturale l’histoire peine .
C’est dommage car l’enlisement gagne l’ensemble puis des raccourcis nous emmènent à la fin, poétique et renoue avec ce qu’on attend du personnage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire