Hitchcock de Sacha Gervasi



Avec Anthony Hopkins, Helen Mirren
Ce n’est pas un biopic sur la vie d’Alfred Hitchcock mais une tranche de vie sur le tournage du film Psychose. Qui ne connait pas Hitchcock, sa silhouette, ses émissions télé et au moins un des ses films ?
Ce qui est intéressant ici, c’est qu’à 60 ans, « Hitch » comme l’appelait tout le monde est au sommet de sa gloire après avoir réalisé la Mort aux trousses. Il est celui qu’on a tous en tête, une image hyper médiatisée. Il cherche donc une nouvelle idée et décider de s’inspirer d’un tueur en série.
Quand on réussit à oublier Anthony Hopkins qui cabotine forcément, on prend plaisir à plonger dans la vie du grand maître du suspense. On découvre aussi la grande place de sa femme Alma dans sa vie et dans l’élaboration de ses films. Helen Mirren l’incarne sublimement.
Stylisé et agréable à regarder, on se laisse porter par le charme de ces années de l’âge d’or du cinéma hollywoodien à travers ses voitures,  ses bâtisses, ses producteurs, ses script-girls – très réussie ne ce qui concerne Toni Collette, assistante de Hitchcock – sur la tournage d’un film et ses petits trucs comme le recrutement des acteurs et actrices, parfois sous contrat et donc incontournables – James d’Arcy très réussi en Anthony Perkins, Scarlett Johannsen, nature en Janet Leigh et Jessica Biel en brune qui n’a pas voulu devenir une des blondes de Hitchcock – et tous les personnages qui gravitent autour d’Hitchcock, croqués avec réalisme.
Et comme tout génie a ses psychoses, sa vie au quotidien est un délice dans le décor de sa belle villa avec piscine.
Une belle reconstitution pour parler de la conception d’un grand film.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire