Tirez la langue, mademoiselle d'Axelle Ropert



Avec Laurent Stocker, Louise Bourgoin, Cédric Kahn

2 hommes, frères et médecins, forment un duo atypique. Ils consultent ensemble, habitent un appartement en vis-à-vis et finissent par tomber amoureux de la même femme.
Pourtant, ils sont aussi dissemblables que proches. L’un, blond, solaire, timide, Dimitri, c’est Laurent Stocker. L’autre, grand, brun, à la voix grave et sûr de lui, Boris, c’est Cédric Kahn.
La jeune femme, c’est Louise Bourgoin qui m’a beaucoup étonnée dans ce rôle de mère qui élève seule sa fille diabétique tout en travaillant  la nuit comme barmaid. Elle est toute en retenue et avec tous les personnages de cette comédie romantique maladroite, patients compris, elle se promène nonchalamment dans son quartier, le 13e arrondissement. Elle est Judith, petit chaperon rouge, toute sage enveloppée dans son écharpe et ses gants. Même des vieux trucs comme la pluie de laquelle il faut s’abriter  ou le smoothie offert marchent à merveille.
Je reconnais que ce quartier de Paris est bien mis en valeur dans ce qu’il a de spécifique : restos chinois à toute heure,  immeubles laids en béton et vie de quartier. Comme l’avait fait Solveig  Anspach avec Queen of Montreuil et ses personnages dont Florence Loiret-Caille,, le quartier est ici valorisé et embelli par les rapports humains.
Malgré tout, la douceur de cette vie tranquille de quartier perturbée par l’amour naissant des deux médecins, donne au film une aura positive mais aussi une inquiétude quant aux rapports humains difficiles à entretenir parce qu'individualisés.
A noter la petite Paula Denis qui joue la fille de Louise Bourgoin et qui apporte la fraîcheur de son jeu à cette bluette, somme toute pas désagréable à regarder.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire