Last days of summer de Jason Reitman



Avec Josh Brolin, Kate Winslet
Tiré du roman de Joyce Maynar, Labor Day, c’est l’histoire d’une jeune femme, Adèle, vit avec son jeune garçon, Henry. C’est ce dernier qui raconte comment sa mère a peur de sortir de chez elle, comment i s’occupe d’elle comme un petit pari sans lui apporter ce besoin physique qu’il soupçonne sans le savoir.
Elle va le trouver avec Frank, évadé de la prison voisine et qui va « s’inviter » chez eux.
Pendant ces quelques jours, Henry va être plus proche de Frank qu’il ne l’a jamais été de son père qui a refait sa vie. Sa mère va s’épanouir et tomber amoureuse.
Le film est le récit de ces journées d’été juste avant la rentrée des classes.
L’invraisemblance de la présence du détenu alors que la police est omniprésente est occultée par la forte présence de Josh Brolin qui, lui aussi, se transforme. Il casse l’image du criminel pour en faire un homme, sensible, amoureux, paternel. Quasiment en huis clos et au plus près des acteurs avec une grande sensualité qui ressort de simples scènes comme la fabrication d’une tarte, et dans une belle lumière chaude, les personnages évoluent avec leurs défauts et leurs pensées.
Dommage pour la fin, trop surprenante et invraisemblable pour que j’y crois vraiment.

From the novel by Joyce Maynar Labor Day, it is the story of a young woman, Adele, lives with her young boy, Henry. It is this last that tells how his mother was afraid to go out from her, how i deals with it as a small bet without him bring this physical need he suspects without knowing.
It will find with Frank, escaped the prison nearby and who is going to 'invite' home.
During these few days, Henry will be closer to Frank it never was his father who has remade his life. His mother will flourish and fall in love.
The film is the story of these summer days just before the start of classes.
The implausibility of the presence of the inmate while the police is ubiquitous is obscured by the strong presence of Josh Brolin, who also turns. It breaks the image of the criminal to a man, sensitive, love, paternal. Virtually in camera and closer to the actors with a great sensuality that emerges from simple scenes such as a pie, and in a beautiful warm light manufacturing, the characters evolve with their faults and their thoughts.
Damage to the end, too surprising and unlikely that I believe really.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire