Les Yeux jaunes des crocodiles de Cécile Telerman



Avec Julie Depardieu, Emmanuelle Béart, Edith Scob, Jacques Weber, Samuel le Bihan, Patrick Bruel, Karole Rocher

Joséphine Cortes dite Jo, se retrouve seule avec ses deux filles, Hortense et Zoé que leur père lui laisse en partant en Afrique du Sud avec une manucure.
Jo a une sœur, Iris Dupin, mariée à une brillant avocat. Mais autant Iris, la blonde, est coquette, belle parleuse, autant Jo, spécialiste du Haut Moyen-âge est terne, insignifiante et nian-nian.
Mais comme Jo est trop gentille et a besoin d’argent, elle accepte d’écrire un livre qu’Iris prétend avoir écrit et elle profite de sa notoriété. pour faire la star.
Dans cette multitude de personnages et l’entrelacement des rapports entre eux, la mère des deux sœurs, le père décédé il y a trente ans, le beau-père qui fait un enfant à sa secrétaire, enfin bref, on a un peu de mal à s’y retrouver.
Mais la force des personnages discrets ne réside parfois que dans une attitude, un regard, une réplique mais et surtout aussi dans le choix des acteurs : Patrick Bruel, Edith Scob, Mathieu Spinosi, Alice Isaac (parfaite en Hortense).
Somme toute, je dirais que, mis à part les flash-back présentés maladroitement, j’ai été assez heureuse de retrouver les personnages de Katherine Pancol et agréablement surprise par le choix de Julie Depardieu qui mérite ce rôle qui ne la change pas de certains autres mais qui me plait toujours comme on met de bonnes chaussures.
Et même si parfois ça dégouline de bons sentiments, le personnage d’Hortense équilibre bien l’ensemble surtout quand elle enterre sa mère sous les insultes.
Bonne adaptation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire