X-Men, days of future past de Bryan Singer



Avec Hugh Jackman, Ian McKellen, James McAvoy, Patrick Stewart, Michael Fassbender, Jennifer Lawrence

La Fête du cinéma, ouais, super, on se dit avec mes enfants qu’on va en profiter pour se gaver de films.
Et en plus, ils repassent ceux qu’on n’a pas vus. Donc avec mon fils, on arrive à Gaumont parce que à 3,50 euros, autant aller là où on ne va pas souvent.
Et surprise, au moment de faire notre choix, nous nous apercevons que la moitié& des séances est en 3D. Vite, on va chercher nos lunettes 3D à la maison parce qu’il et pas question d’en racheter. Mais deuxième surprise, on paye quand même 2 euros de plus la 3D !
Bref, on choisit X-Men. Mon fils me dit « Mais je ne les ai pas tous vus ! » « T’inquiète, je lui réponds, tu comprendras quand même, c’est fait exprès ! »
Et en effet, dans un futur dévasté, Cerebro, bien connu de mon fils, autrement dit Charles Xavier et Magneto ou Eric sont alliés aux côtés des mutants qui semblent de moins en moins nombreux.
Pour essayer de prévenir ce massacre de leurs ennemis qui utilisent une arme issue des gênes de Mistik, Wolverine va devoir remonter le temps jusqu’en 1973 – car c’est là que l’arme va être conçue - et convaincre les mêmes Eric et Charles de mettre leurs rancunes de côté afin de changer le cours de l’histoire.
Et c’est vrai qu’après les épisodes précédents sur ces mutants – la série des Wolverine compris – ce film qui réunit les anciens et les jeunes – sans faire un résumé – est habilement conçu pour ne pas perturber le nouveau jeune spectateur.
Wolverine, figure emblématique et hyper connue – même de ceux qui habiteraient sur la planète mars – sert de fil rouge entre le passé et le futur et come il ne vieillit pas, il était le plus à même pour la mission.
Pêle-mêle, on a tout le kitsch des 70’s, les retrouvailles avec Jennifer Lawrence alias Mistik et Nicholas Hoult en fauve, le monde apocalyptique futuriste, les clins d’œil aux fans qui ont tout vu, les premières griffes de Wolverine – forcément mais qui vont booster le premiers épisodes en DVD, comment a-t-il eu se griffes d’acier ? –
Ellen Page, bien que peu présente, fait aussi partie des « anciens » et apporte une note de fraîcheur.
En bre, on passe un bon moment avec un casting très sympa, une réflexion sur le temps et les conséquences qu’il y a à en modifier le cours, des effets spéciaux forcément à la hauteur – et à la pelle – et une happy end en forme de pirouette. Et si…
Mais alors, franchement, franchement, en sortant, mon fils et moi, on se dit que la 3D, c’est un peu de l’arnaque et qu’on n’a pas senti de franche différence… sauf dans le prix. Fête du cinéma à Gaumont : 6,50 ( !)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire