New York Melody de John Carney



Avec Mark Ruffalo, Keira Knightley
Allez, la comédie romantique de l’été ! Sauf que une semaine après l’avoir vu, aucun souvenir ni de son titre, ni des acteurs, rien de rien.
Ce film est passé comme les chansons qui le composent, vite et peut-être pas dans la bonne oreille.
Il a pourtant tout pour lui, Mark Ruffalo en producteur génial pour dénicher des talents mais trop imbibé d’alcool pour mener des affaires et Keira Knightley, candide au possible. Mais quand le producteur entend Greta dans un bar avec sa petite guitare, lui n’entend pas une petite chanson romantique banale et mièvre comme nous mais tout un accompagnement et un rythme plus entrainant.
Après deux versions de la rencontre de ces deux-là (et là, j'ai eu peur d'entendre à nouveau la voix fluette de Keira Knightley), c’est la banale histoire du producteur qui a l’idée géniale (aidé par le fric d’un rappeur plein aux as) de lancer la minette, petite amie et compositrice d’une future rock star qui s’empresse de la laisser tomber.
Histoires d’amour mises à part, le film est parsemé de musiques qui subliment New York à tous les coins de rues même dans les endroits les plus insolites.
Et du coup, quand je sors dans les rues de Toulouse après la séance, je suis étonnée de tant de calme et de si peu de musicalité. Comme le dit Xavier Dolan, ce serait bien si on avait tout de suite, quand on marche ou qu’il se passe quelque chose, la musique qui convient et qui résonnerait dans nos oreilles.
C’est ce que fait ce film et qui fait qu’on passe un moment plaisant même si on l’oublie vite. J’ai aimé le vieilles musiques comme celle de La Lune était bleue d’Otto Preminger par exemple et dont je me souviens encore. (Mais aussi j’adore ce film…)

Go, the romantic comedy of the summer! Except that a week after watching him, no memory nor his title, or actors, nothing of nothing.
This film is passed as the songs that compose it, quickly and may not be in the correct ear.
Yet there just for him, Mark Ruffalo in producer awesome for finding talent but too alcohol soaked to conduct business and Keira Knightley, candid to be. But when the producer hear Greta in a bar with his little guitar, him not heard a little banal and corny romantic song as we but an accompaniment and a pace more catchy.
After two versions of the encounter of these two - there (and here, I was afraid to hear again the thin Keira Knightley voice), it is the mundane story of the producer who has the brilliant idea (assisted by the money of a full rapper to ACEs) to launch the kitten, girlfriend and composer of a future rock star who is quick to drop.
Love stories aside, the film is peppered with music that sublimate NYC to all corners of streets even in the most unusual places.
And suddenly, when I go out in the streets of Toulouse after the meeting, I am amazed so calm and so little musicality. As Xavier Dolan says, it would be nice if we had right away, when we walk or something, is happening music suitable and that resonates in our ears.
It is what made this film and makes that we pass a pleasant time even if we forget quickly. I liked the old music like that of the Moon is blue of Otto Preminger for example and which I still remember. (But I love this movie...)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire