Les Héritiers de Marie-Castille Mention-Schaar



Avec Ariane Ascaride, Ahmed Dramé
Après avoir lu l’excellente critique de mon amie Vinciane dans Clapmag, je me suis dit que ce film que j’avais déjà repéré valait le coup.
Mais maintenant, difficile de faire mieux qu'elle pour convaincre d’y aller…
Les Héritiers qui aurait dû s’appeler autrement et heureusement que non, parle assez bien d'élèves d’une classe de seconde au lycée Léon Blum à Créteil qui participent au concours national sur la résistance, portés par leur professeur d’histoire.
Héritiers car c’est eux, c’est nous qui avons ce devoir de mémoire. Mais héritiers car ce sont les jeunes de la France d’aujourd’hui qu’on le veuille ou non. Et ce film, beau et profond, m’a emmenée dans le quotidien de lycéens qui vivent au cœur de « 29 communautés ». Et l’interrogation vient de ce qu’ils vivent et que nous leur imposons, nous, adultes : racisme au quotidien mais aussi engrenage dans une vie qu’ils subissent plutôt qu’ils ne la contrôlent.
Ce qui m’a aussi décidé, c’est aussi d’avoir vu en interview Ariane Ascaride et le professeur d’histoire, Anne Anglès, à l’origine de cette « histoire vraie » qu’elle a co-écrit avec Ahmed Dramé qui joue Max. Ce n’était pas une interview codée et protocolaire comme on en voit beaucoup pour lancer un film. Toutes les deux, assises modestement, parlaient des jeunes acteurs-élèves, ceux qui jouent avec leurs tripes et leur vie.
Car ce sont aussi bien eux qui sont au centre de l'histoire à travers les enfants de la déportation. Ariane Ascaride, actrice, disait avoir été mise à rude épreuve face à eux au début, puis ils se sont apprivoisés les uns les autres et son rôle montre l’importance du professeur qui croit en eux « plus qu’eux ne croient en eux-mêmes ».
Je ne veux pas reprendre ce qu’a dit Vinciane dans son article car je m’y retrouve entièrement et je vous y renvoie à nouveau, je dis juste que dans la salle, c’est un public d’adultes qui s’y trouvait, un public qui y croit, au devoir de mémoire et à l’héritage.
A noter aussi le point de vue de la réalisatrice, capital.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire