Foxcatcher de Bennet Miller



Dans les années 80, le champion olympique américain de lutte, Mark Schutz vivote et s’entraine avec son frère, lui aussi médaillé, pour les championnats du monde.
L’intérêt que va lui porter le milliardaire John Du Pont va tout changer.
Ben Stiller est quasi méconnaissable dans ce rôle du milliardaire mégalo et barré. Je l’attends depuis le début du film et faute de générique (une fois de plus !), je vais aussi chercher pendant tout le film quel interprète charismatique joue David, le grand frère protecteur et père de substitution de Mark (Channing Tatum qui jouait magnifiquement dans Magic Mike).
Et c’est le génial Mark Ruffalo qui donne au personnage du frère une douce mais ferme autorité. C’est ce qui, malheureusement, va faire se tourner Mark vers une autre figure paternelle : John Du Pont.
Ce dernier interprété de façon étonnante par un Ben Stiller tout à fait nouveau pour moi, me met mal à l’aise.
Il fait peur mais a l’air vulnérable en même temps. Il a le pouvoir mais comme un enfant, ne sait pas en user. La justesse de cet acteur dans cette palette de sentiments ambigus rend l’ensemble brumeux et surréaliste.
Mais contrairement à la vision du magazine Première, je n’ai pas ressenti les ellipses au noir comme un mystère de plus et peut-être suis-je naïve mais je n’ai pas du tout pensé non plus à une quelconque homosexualité.
La lutte m’a, en revanche, fait penser à John Irving, l’écrivain, qui en pare souvent ses héros dont Garp interprété par Robin Williams.
Quant à Channing Tatum avec son double salto et ses nombreux combats qui mettent en valeur son corps est celui dont le personnage change le plus tout en restant le mal aimé, le mal dans sa peau, éternel ado propulsé sous les feux de la gloire trop tôt et qui n’a su qu’en faire.
Cette histoire « vraie », label de bien des réalisateurs comme si c’était un gage de qualité, oblige à certaines contraintes ; costumes, décors… mais ne garantit en rien la réussite.
Celle-ci pourtant a le mérite d’intriguer. Comment un milliardaire a-t-il voulu faire de sa propriété, un centre d’entrainement pour la lutte et comment cela peut-il finir ?
Peu ou pas de réponse ici, mais des hypothèses et une atmosphère glauque à souhait.
En salles le 21 janvier 2015

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire