Le Grand Partage d'Alexandra Leclère



Sans doute attirés par l’affiche alléchante, de nombreux spectateurs se pressent pour ce film. Et en effet, c’est une profusion de grands noms de la comédie : Karin Viard, Didier Bourdon, Valérie Bonneton, Josiane Balasko, Michel Vuillermoz, Anémone, Patrick Chesnais… Chacun est employé à la mesure de son talent.
Ce grand partage est tout simplement l’accueil de sans-logements, décidé par décret, par ceux qui possèdent de grands appartements. Le décor, simple, est un immeuble cossu où les habitants eux-mêmes sont en conflit avec une concierge dans le rôle de laquelle excelle Josiane Balasko.
Les rires fusent dans la salle dès le début mais comme pour un one-man show, certains acteurs ont presque leur standing ovation à chaque apparition. Ainsi chaque acteur est employé suivent son type : Didier Bourdon, le bourgeois qui s’assume, Anémone, la juive qui fuit, Valérie Bonneton, la bobo ("toujours survoltée", j'entends à côté de moi), Michel Vuillermoz, l’écrivain idéaliste, Karin Viard, la bourge aristo, Firmine Richard, la femme de ménage réac, et deux perles : Sandra Zinadi en SDF lyrique et Pauline Vaubaillon en ado désillusionnée.
Mais le casting ne fait pas tout et à mi-chemin, les rires se font plus rares, un ronflement se fait entendre dans la salle et le propos vire au social. Et oui, mais, le sujet ne peut pas faire l’impasse sur une situation aussi ancrée dans le réel. Aussi, les dents grincent et les jeux de mots tombent plus lourdement jusqu’à un dénouement teinté de guimauve.
Voilà, vous êtes prévenus ! Restent de formidables numéros d’acteurs emmenés tambour battant par un Didier Bourdon en grande forme et qui s’affrontent tous à un moment ou un autre pour leur petit sketch dans la grande histoire.
Se dérider sans oublier le sujet parce que comédie pure, non, ce n’est pas le cas ici.

Et de plus, il est dommage que, comme dans la vraie vie, les personnages en difficulté soient gommés à la fin du film comme si seuls les riches peuvent faire rire mais que les mal logés ne sont que figurants…
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire