Un Petit Boulot de Pascal Chaumeil



Après la grosse (géniale) surprise de l’Arnacoeur, Pascal Chaumeil récidive dans la comédie décalée avec Jacques, ouvrier longue durée qui tue la femme du mafioso du coin pour de l’argent. Pas de chance, il trouve un boulot peu après mais de fil en aiguille, il est amené à tuer à nouveau.
Romain Duris et en première ligne et ça fait du bien. D’accord, il est très chevelu et très barbu mais c’est aussi pour ça qu’on l’aime.
À prendre au second degré avec un Michel Blanc en très grande forme sur un scénario ciselé par lui-même. La sauce prend rapidement et l’autodérision est de mise pour notamment quelques scènes bien servies comme le premier meurtre, la balade avec le vieux fusil ou les répliques de l’employé de la station-service. Pas un moment de répit avec un Romain Duris en grande forme et ça fait du bien. Je me dis que c’est bien dommage que Pascal Chaumeil ne soit plus là mais j’espère qu’il inspirera d’où il est d’autres réalisateurs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire